Ce que nous fûmes,
nous serons


Dans les années 90, une passion naît de la rencontre entre 4 passionnés des musiques improvisées, de l'Art qui s'apprivoise au contact, qui tisse les liens par des rencontres aux sons harmonieux ou dodécaphoniques...sans prétention, juste de la curiosité et de l'intérêt ! Un groupe s’en constitua : « Egomol », au nom sans importance mais avec des enjeux non-négligeables : créer, produire, jouer, rencontrer, collaborer, éveiller...aller plus loin ! L'Amateurisme ne fut pas un défaut, mais une aubaine pour (modestement) défier "ceux qui savent" et "ceux qui font" en toute légitimité (sortant des écoles, conservatoires…etc) ; la suite fût enrichissante puisqu'on attira des musiciens « légitimes » à s'enfoncer dans les délires bruitistes et animés de nos percussions, alors que nous finissions par prendre en main nos destins musicaux en empruntant le chemin des conservatoires (à notre tour) pour repousser nos limites….et...on apprit.


A partir 2006, la création de la structure associative « Bahos » sera le vecteur de nos fantasmes les plus enfantins, les plus grossiers, les plus fins, les plus sophistiqués, pour produire du "son" (dans un algeco), le nôtre mais aussi celui de tous ceux qui ont bien voulu nous rejoindre pour tourner la manivelle de cette petite boîte à musique.

2013 : La salle de concert originelle de Longjumeau n'est que l'extension logique d'une idée qui appelle du "volume" ! De l’espace, du matériel afin de persister dans cette promiscuité avec le "talent" des Artistes, et leur proposer un lieu de diffusion où ils peuvent se faire entendre, connaître et reconnaître tout en participant activement à la vie culturelle d’une commune, d’un département, d’une région.

2017 : Le projet doit se transformer et déménager des locaux de Longjumeau. L’idée est de pouvoir professionnaliser le projet et de l’entendre. Un nouveau point de chute est trouvé à Étampes. Pour développer un pôle culturel global pouvant intégrer : Un label de création musicale. Une plateforme de diffusion en ligne de diffusion musicale et vidéo. Deux espaces scéniques techniquement utilisables pour des projets de danse comme de théâtre en plus des projets musicaux, et un espace scénique en plein air. Un studio d’enregistrement son et vidéo, pour réaliser des captations live et des clips de présentation de projet artistique. Un espace d’exposition temporaire de peinture sculpture et photo. . Des espaces d’hébergements pour les artistes en résidence. Voilà le projet pour 2017 . L’idée est ensuite d ouvrir des cantine culturelle « Bahos Kitchen » dans d’autre ville sur des surfaces plus intimiste, de manière à proposer des lieux de diffusions sur le territoire essonnien avec déjà deux projet d’ouverture : Palaiseau pour 2018 et Longjumeau pour 2019.