Yéyé Kanté Trio Frabana

Monica Acevedo De Pablo
20 octobre 2015
La route de la soie
25 octobre 2015
Tout montrer

Yéyé Kanté Trio Frabana

Vendredi  14 juin 2019 20h30

Scène Locale Participation libre

Début du spectacle 21h15

Yéyé Kanté, est un percussionniste polyvalent qui est sur les traces de son père Feu Elhadj Diaraba Kanté; ex-sociétaire l’Ensemble Instrumental et Choral National de Guinée. Formé et soutenu par Kémo Sano des Ballets africains (Paix à son âme), à Famoudou Konaté grand percussionniste des Ballets Djoliba et Mamadi Keita « Djembé Fola ».

A l’age de 10ans il commencé à jouer au balafon avec feu Ansoumani Kanté avant de rejoindre le Kebendo Jazz de Guéckédou aux congas, lorsqu’il avait ses 13 ans et après il s’est retrouvé à Conakry, comme 2ème batteur dans le groupe « Les Messagers » grâce à Abbas Yansané et Papa Diabaté. Avec cet orchestre il a véritablement commencé à comprendre la musique moderne. Ensuite il s’est retrouvé avec le groupe Standard de Petit Condé, avec lequel il a eu son contrat pour aller en Europe précisément en Allemagne. C’était le début de sa carrière européenne et il a décidé depuis de s’installer

A Paris il a commencé à travailler avec des frères guinéens comme Manfila Kanté (paix e son âme), aussi avec Mory Kanté, avec qui il a fait beaucoup de tournées en Europe et en Afrique. Avec Solama aussi, une chanteuse anglaise. Il est percussionniste de la compagnie « Antipod » de la grande Norma Claire. Avec elle, il fait des tournées en Europe et en Amérique Latine.

Ses mains calleuses témoignent de la rugosité de ses frappes sur les cuirs chauffés de ses tam-tams et son large sourire dit tout l’éclat de sa générosité artistique. Yéyé Kanté est un jeune musicien guinéen dont la grande aventure européenne lui a permis de fonder il y a quelques années, un trio appelé « Frabana » composé de  Mohamed Champion   et Jean Bernard Arguinthe. Ensemble, ils vont tenter de conjuguer leurs expériences respectives pour offrir une musique originale ou les balafons, « gongomas » et les djembés dialoguent sans complexe avec les synthétiseurs, pianos et autres guitares électriques. Depuis vingt ans qu’il a quitté sa chère Guinée, ses séjours-retours sont plutôt rares ; et quand il revient, il veut profiter au maximum de la chose culturelle, même quand c’est pour des raisons familiales… retrouvez sa grande interview sur guineeconakry.info.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *